Plasma Riche en Plaquettes – PRP

PRP et Arthrose : PRP – pour l’arthrose et les blessures sportives-1

PRP – information au patient : PRP information patient UFMDS-1

Unité Fonctionnelle de Médecine du Sport

Renseignements : ide.med.sport@chu-reunion.fr / TelP 02 62 35 95 53 / TelF 02 62 35 85 63 / Fax 0262359661 Consultations de traumatologie du sport (sur rendez-vous) : 0262 35 91 53 (cardiologie) ou 0262 35 96 87 (CRFI)

INFORMATION AVANT UN TRAITEMENT PAR PLASMA RICHE EN PLAQUETTES ou PLASMA RICHE EN FACTEURS DE CROISSANCE

Monsieur, Madame,

L’un de nous, vous a proposé une série d’injections de PRP dans une articulation ou sur un tendon, un ligament, un muscle qui vous gêne. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez la liberté de l’accepter ou de la refuser. Une information vous est fournie sur les principes de ce traitement, le déroulement de l’intervention et ses suites. Votre médecin est qualifié pour juger de l’utilité de cette intervention pour répondre au problème qui se pose à vous. Il se peut que cette injection ne donne pas les réponses attendues.

De quoi s’agit-il ?

En traumatologie du sport, certaines lésions, de par leur siège, leur nature ou leur taille, constitue un difficile challenge pour le thérapeute. L’évolution de ces lésions peut dépasser 6 mois et conduire à un traitement chirurgical. On peut notamment citer les tendinopathies rebelles au traitement classique, les ruptures partielles de tendon, certaines lésions musculaires graves.

Les chirurgiens assurant la reconstruction de la face puis les chirurgiens-dentistes et stomatologues ont expérimentés puis utilisés depuis une décennie des « patchs » de sang total puis de plasma puis enfin une fraction de ce plasma, riche en facteurs de croissance afin de favoriser la régénération et la cicatrisation des tissus.

Plus récemment, de nombreuses équipes européennes, nord-américaines et asiatiques ont mis au point l’utilisation des PRP dans les lésions de l’appareil locomoteur. A présent, l’état des connaissances de cette technique, le recul de plusieurs années dans de nombreuses équipes, doit nous inciter à amener ce traitement à la portée des patients et à inclure l’utilisation des PRP dans nos stratégies de médecine et chirurgie du sport.

Les plaquettes sanguines sont produites par la moelle osseuse et connues de tous pour leur rôle indispensable dans l’hémostase primaire. Mais elles recèlent aussi d’importantes propriétés de cicatrisation et régénération des tissus lésés grâce à la libération de granules très riches en facteurs de croissance multiples. Le principe thérapeutique est relativement simple. La technique vise à isoler du sang du malade la fraction du plasma la plus riche en plaquettes par cetrifugation. Le PRP du patient lui est réinjecté sur et autour de sa lésion dans le même temps sans conservation, transformation du plasma ainsi préparé. Plusieurs injections sont parfois nécessaires pour obtenir une pleine efficacité.

Avant le traitement

Il est important de signaler au médecin

– toute fièvre, toute infection

– toute lésion cutanée (plaie ou mycose en particulier),

– toute prise d’aspirine et/ou d’anti-coagulant, un traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire type Aspirine, Asasantine, Kardégic, Persantine, Plavix, Préviscan, Sintrom, Solupsan, Ticlid …), ou tout simplement de l’Aspirine contre le mal de tête ou d’anti-inflammatoire dans les jours précédant l’examen

– prenez des psychotropes ou des morphiniques ou tout autre médicament au long court

– toute allergie aux médicaments et notamment les anesthésiques locaux ou l’Iode.

– avez une maladie du sang, des saignements fréquents ou prolongés (du nez par exemple),

– êtes porteur d’une autre maladie métabolique, rhumatismale, hormonale, neurologique, pulmonaire, hépatique.

– êtes enceinte

Unité Fonctionnelle de Médecine du Sport

Renseignements : ide.med.sport@chu-reunion.fr / TelP 02 62 35 95 53 / TelF 02 62 35 85 63 / Fax 0262359661 Consultations de traumatologie du sport (sur rendez-vous) : 0262 35 91 53 (cardiologie) ou 0262 35 96 87 (CRFI)

Prélèvement, prémédication, préparation

Vous aurez éventuellement un bilan biologique à effectuer quelques jours avant le début du traitement.

En cas d’épanchement liquidien important dans l’articulation lésée, il pourra être nécessaire d’assécher votre articulation et d’effectuer un autre traitement plusieurs jours avant l’injection de PRP.

Le déroulement du traitement

Venez de préférence accompagné. Pour être à l’aise, nous vous conseillons d’aller aux toilettes avant l’infiltration.

D’un point de vue administratif : passer au bureau des entrées (hall principal) pour faire votre admission en hopsitalisation de jour dans le service de cardiologie (Unité Fonctionnelle 8221 / Médecine du Sport), puis dirigez vous vers le service de radiologie (étage -1)

A votre arrivée, un prélèvement sanguin sera ponctionné dans une veine. Après centrifugation et extraction du PRP, votre préparation de PRP sera injectée dans et autour de votre lésion. Ce geste de réalisera sous guidage par l’échographie (ou parfois par la radiographie).

Vous serez allongé(e) sur la table d’examen dans la plupart des cas. Un protocole d’antisepsie rigoureuse sera systématiquement utilisé. On pourra vous proposer un gaz analgésique et anxiolytique.

Vécu des patients lors de cette infiltration : la pénétration de l’aiguille et l’injection dans la peau peuvent être douloureuses.

Après l’injection, le point de ponction est comprimé pendant quelques secondes. Un pansement sec est mis en place et sera maintenu pendant 24 heures accompagné de glaçage et d’un traitement antalgique simple.

Venez 45 minutes avant l’horaire de l’injection, le temps de consulter le médecin du sport, de faire le prélèvement sanguin, la centrifugation (5 minutes). L’injection se fera en salle de radiologie interventionnelle (durée totale de quelques minutes), puis vous reverrez le médecin du sport pour la prescription d’antalgiques, d’orthèses d’immobilisation si besoin, et conseils de suivi.

Après le traitement

Le repos de l’articulation ou de la région traitée est important. Le jour même et le lendemain : reposez-vous, évitez de marcher. Les manoeuvres de force, les gestes répétitifs dans la vie professionnelle ainsi que les gestes sportifs devront être stoppés au moins 48 heures.

Ensuite, une activité physique douce est conseillée entre chaque injection (type vélo loisir).

La prise d’anti-inflammatoire est fortement déconseillée dans les 6 semaines suivant le traitement.

Un suivi en consultation vous sera proposé. L’effet ne se manifestera qu’après quelques semaines (lésions musculaires) à quelques mois (lésions tendineuse et cartilagineuses).

Réactions possibles

 La plus fréquente, une douleur au point d’injection.

Appliquez de la glace (vessie de glace : glace et eau dans une poche hermétique) pendant 20 minutes, 4 à 8 fois par jour. ,Au besoin prenez du paracétamol.

 Moins fréquente, une réaction inflammatoire : gonflement local et/ou douleur

Associez glaçage et traitement anti-douleur

 Rare : signes d’infection : région traitée gonflée associée à des douleurs importantes ou de la fièvre dans les 24 à 72 heures après l’injection

Prenez contactez immédiatement votre médecin : même si toutes les précautions sont prises pour éviter une infection, cette complication bien que très rare, reste possible.

Nous espérons que vous comprenez mieux ce qu’est une injection de plasma riche en facteurs de croissance et que ces explications vous seront profitables. Malgré cela, il est possible que vous vous posiez d’autres questions non abordées : n’hésitez pas pendant la consultation à nous interroger pour tout renseignement complémentaire.

Dr Bruno LEMARCHAND

Partie à remplir par le patient

NOM:

Prénom : Date : / / 201

Signature :